Avertir le modérateur

11 octobre 2006

Coup de gueule

medium_file_209230_72372.jpgHier avaient lieu les funérailles de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, 48 ans, assassinée en sortant de l'ascenseur de son immeuble. Cette femme était connue pour son fervent engagement contre la politique actuelle menée par les autorités russes, notamment en ce qui concerne le cas de la Tchétchénie. Réputée pour mener des enquêtes poussées sur les agissements du président Poutine et ses collaborateurs, elle militait pour établir la vérité.

C'est sûr, elle dérangeait. C'est sûr, elle faisait son métier.

"Les mots peuvent sauver des vies" se plaisait-elle à dire, mais elle aura finalement payé de sa personne à cause de ses écrits. Triste fin.

En 2002, lors de la prise d'otages du théâtre de la Doubrovka, à Moscou, elle avait tenté de négocier avec le commando contre l'avis du Kremlin. L'armée avait finalement eu ordre de gazer le théâtre où 128 personnes périrent (5 par balles et 123 des suites de l'inhalation du gaz toxique...). En 2004, elle avait été victime d'une tentative d'empoisonnement alors qu'elle se rendait à Belsan pour couvrir la nouvelle prise d'otage dans la petite école, finie là aussi, dans un bain de sang après l'assaut de l'armée russe (344 morts dont la plupart des enfants). Anna Politkovskaïa avait pourtant réussi avant l'intervention de l'armée à négocier la venue à l'école du président tchétchène, Aslan Maskhadov. Quand on sait que le seul rescapé des 32 terroristes a affirmé que le commando était prêt à relâcher des centaines d'enfants si les hommes politiques réclamés étaient venus négocier...

Je ne peux avoir que du respect pour cette femme ô combien courageuse, et que de l'aversion pour le pouvoir en place en Russie. Depuis l'arrivée au pouvoir de Poutine, c'est le 20e journaliste tué sans que les raisons de ces meurtres ne soient élucidées.

Anna Politkovskaïa tuée, c'est la vérité qu'on assassine.


Rem, apprenti-journaliste triste.

18:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Limite toi au journalisme sportif Rem, le reste devient vraiment trop dangereux c'est honteux...



Terry LLoyd, le reporter de la chaîne de télévision ITN tué au deuxième jour de la guerre en Irak, en mars 2003, a été abattu par des marines américains, selon une enquête judiciaire britannique dont les conclusions ont été rendues publiques vendredi 13 octobre.

L'équipe de journalistes, composée de Terry LLoyd, des caméramen Fred Nérac et Daniel Demoustier, et du chauffeur-traducteur Hussen Osmane, a été prise sous le feu à Iman Anas, alors qu'elle se dirigeait à bord de deux 4 x 4 clairement identifiées "presse" vers Bassora. Terry LLoyd, blessé à l'estomac, a été achevé par des tirs américains délibérés alors qu'il se trouvait dans un minibus l'évacuant du front avec d'autres blessés, selon l'enquête britannique. Seul Daniel Demoustier a survécu, Hussen Osmane a été tué, Fred Nérac a disparu et est présumé mort. D'après Le Figaro, qui a évoqué dans son édition de jeudi un rapport rédigé par des militaires danois à la demande de Paris, le caméraman aurait en fait été emmené par des miliciens baassistes irakiens, interrogé et abattu avant d'être enterré ou incinéré.

Le "coroner" chargé de l'enquête britannique a indiqué qu'il avait l'intention de saisir l'avocat de la Couronne et le directeur des poursuites publiques afin qu'ils s'efforcent de faire traduire devant un tribunal britannique les auteurs de ce meurtre.

Parlant de "très grave crime de guerre" et"d'acte de vengeance ignoble et délibéré", l'avocat de la famille LLoyd, Louis Charalambous, a estimé que les conclusions de l'enquête, à laquelle les militaires américains incriminés ont refusé de coopérer, étaient "inéluctables" dans la mesure où l'armée américaine avait permis à ses hommes "jouer de la gâchette comme des cow-boys".

Le colonel Gary Keck de l'armée de terre américaine, un porte-parole du Pentagone, a qualifié ce décès de "tragique accident". "Nous n'avons jamais visé et nous ne viserons jamais délibérément un non-combattant, civil ou journaliste", a-t-il dit. "Nous continuerons à collaborer avec les organisations de presse pour faire tout ce qui est en notre pouvoir pour réduire les risques sur des théâtres de combat à la dangerosité inhérente, mais nous devons nous rappeler qu'il existe des risques inhérents à la couverture d'une guerre", a-t-il souligné.

Écrit par : Thomas | 14 octobre 2006

ouais fais gaffe, parce que d'un coté, en sport y a aussi les PSG ;o)

Écrit par : LN | 01 novembre 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu